Raid VTT au pays des OCRES…

Le compte rendu…

Samedi matin, 18 octobre, c’est les vacances pour certains, et un grand we de rando pour tout le monde. Un noyau d’habitués : Pascal, Georges, Stéphane, Fred, Jean Louis, Jean Yves et moi, pour cette expédition automnale et le baptême pour Nicolas qui trouvera sans peine sa place au sein de l’équipe.

Cap sur Apt, départ de notre première boucle. Le GPS de Jean Louis, un rien facétieux, nous balade un peu sur les faubourgs de la ville avant d’entamer le parcours du jour : Une boucle d’une quarantaine de km qui nous fera découvrir le Lubéron autour de Roussilon, magnifique village classé, réputé pour ses carrières d’ocres, qui ont sculpté un paysage insolite, aux couleurs naturelles riches de tons allant du rouge au violet, en passant par des variations étonnantes autour de l’orangé. Ces pigments naturels ont été exploités durant deux siècles, afin de fournir des colorants pour l’industrie textile et accessoirement les bâtisses de la région. Aujourd’hui, l’activité a cessé, mais le site attire des milliers de touristes chaque année.

Nous choississons une terrasse au sommet du village offrant un panorama de rêve, pour notre pause pique nique.

Le village de Roussilon

Les ruelles étroites et sinueuses amusent nos bicyclettes jusqu’à un petit café qui sonnera le départ de la 2éme mi-temps.

Nous voilà repartis pour une petite randonnée touristique dans une chaleur estivale. Nous empruntons des sentiers et quelques pistes balisées à travers la campagne de cette jolie plaine vallonnée rappelant certains coins de notre cher Verdon.

Retour aux voitures en fin d’après midi pour rejoindre notre Auberge sur le village de Buoux. Fred parvient à décider Steph de faire le chemin à vélo…un petit col à la clef et en guise de récompense un gite de toute beauté, lové dans un coin de paradis, posé sur un écrin de verdure au pied des majestueuses falaises d’escalade : c’est l’auberge des Seguins.

 

L’auberge des Seguins (les hébergements)

L’auberge des Seguins Les hébergements

De là, Jean Louis embarque quelques courageux, Georges, Pascal et Nicolas pour une reconnaissance semi-nocturne, du départ du lendemain, pendant que d’autres savourent une bière à la tombée du jour…

La qualité du repas servi, est à la hauteur de la beauté du site, cuisine du terroir et vin du pays sauront nous régaler.

Après une belle nuit étoilée et délicieusement fraîche, la troupe repart sur le coup des 9 heures, pour un circuit d’une soixantaine de kilomètres, cumulant plus de 2000m de dénivelés et très peu de répit durant un parcours au profil en dents de requins, où la caillasse rend chaque ascension déjà bien raide plus délicate encore ! Mais la beauté sauvage des paysages traversés et les quelques descentes très techniques, nous redonneront chaque fois, le coeur d’avancer et même, d’apprécier ce cailloux blanc et ces pentes abruptes !

C’est après une longue grimpette de presque 2 heures que nous atteignons le sommet du Grand Lubéron, le Mont Nègre. Une piste large, semée de pavés de calcaire bien glissants et quelques merveilles à contempler le long de notre route : les maisons troglodytes nichées dans les falaises, la somptueuse ferme auberge de Castelas, des gorges vertigineusement encaissées et déjà nous voici rendus sur les crêtes !

L’ auberge du Castelas

Dimanche, jour de battue, nous évitons les balles perdues, peu rassurés par la présence imposante des chasseurs et finissons au bout de quelques kilomètres par quitter cette ligne de crête usante, jonchée de 4×4 postés à chaque croisement de pistes.

Nous entamons une descente fulgurante sur la première portion et réjouissante sur la suite. Un de ces merveilleux sentier monotrace où les furieux entrainés par la vitesse grisante, éviteront tous la « faute de quart » et une sortie de route hasardeuse qui nous aurait fatalement ralenti dans notre progression au timing très serré ! Merci les gars !

Après cette petite montée d’adrénaline, l’équipe se met en quête d’une prairie accueillante pour la pause casse-croûte. Le pique nique de l’auberge est très apprécie, mais la sieste plutôt courte, avortée par notre chef extrêmement lucide concernant la suite du parcours.

Une halte incontournable pour recharger en eau et un petit café sur le village de Saint Martin de Castillon, nous redonnent un peu d’élan pour affronter la chaleur écrasante de cette après midi à peine entamée !

Une belle enfilade de chemin vallonnés et très cassants, puis une descente un peu brutale avant de tomber sur le tant attendu « Colorado provençal » : d’autres carrières d’ocres, sur la commune de Rustrel. Arrivés par le haut, nous pouvons contempler ce décor irréel et imaginer le projet peu raisonnable de se risquer à quelques tours de roues, sur ces montagnes russes joliment colorées, avant de reprendre notre périple.

De Rustrel la trace GPS nous commande de rejoindre le village de Saignon. C’est plutôt en hauteur, ça commence à « piquer », les coupes évitant le bitume entament le moral, en tout les cas le mien, c’est certain ! Pascal et moi décidons raisonnablement de rejoindre le village par la route. Ca monte tout de même, mais plus régulièrement. Nous atteignons notre but, synchro, sur le reste de l’équipe mais pas tout à fait le point culminant avant la dernières descente.
C’est malheureusement à ce point précis que la batterie du GPS de Jean Yves nous lâche ! Il reste une heure et quart avant la tombée de la nuit. Pas de place pour les détours ! Jean Louis nous sauve la fin de ce parcours épique grâce à la trace d’ Utagawa enregistrée sur son téléphone pomp-pom !

Ouf ! Reste une petite grimpette pour vérifier le moral de l’équipe, et puis une superbe descente vers un splendide sentier tortueux et joueur à souhait, qui borde la rivière sur 3 ou 4 km et qui nous ramène dans la joie et l’allégresse vers notre Auberge Merveilleuse, sur les coups de 19h moins une, ou deux…

Merci à Jean Louis d’avoir trouvé le courage pour se lancer dans cette belle aventure malgré les circonstances et merci à tous d’avoir agrémenté ces chemins inconnus de votre joyeuse humeur.

A la prochaine, avec Oliv’ qui nous a bien manqué !

Il aurait vraiement apprécié cette « journée pleine » de vtt, même si l’on n’a trouvé aucun gué à traverser ! Même pas froid, même pas de frontale pour terminer à la nuit, même pas les pieds mouillés et pourtant c’était chouette, juré !

Compte rendu établi par CHRISTINE

 

[nggallery id=62]

D’autres photos dans la soirée.

3 commentaires

  • fred

    Trop bon ce raid!
    Vivement le prochain!!!
    Merci à tous pour la bonne ambiance et pour ce weekend sympathique

  • stef o

    Encore une nouvelle région découverte pour notre équipe de raider,merci à jean louis pour le tracé,pour l’auberge authentique et à christine pour son résumé.Amitiés à tous.

  • nico

    super week end pour mon 1er raid et très bon résume de Christine 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *